Investir dans le vin : mes meilleurs conseils

Investir dans le vin est le rêve de nombreuses personnes. Cet investissement peut être très productif, car il vous permet de générer d’énormes profits. Pour les amateurs de vin, y investir apporte passion et professionnalisme. Cependant, pour réussir dans ce domaine, certaines règles doivent être respectées. Si vous envisagez de démarrer une entreprise dans ce domaine, voici les meilleurs conseils pour vous aider à démarrer.

Varier les régions viticoles

De plus en plus d’investissements dans le vin s’ouvrent à toutes les régions viticoles, que ce soit la Provence, la Loire, le Languedoc-Roussillon, le jura, l’Alsace ou la Corse : dans toutes les caves de ces régions, les deux se distinguent et séduisent les amateurs de vin. Vous avez sans doute remarqué la percée des vins du Jura ces dernières années. Les plus grands vins étrangers attirent également de plus en plus l’attention des amateurs. Voici des exemples de vins d’investissement dans des régions « alternatives » :

  • Yvonne Métras (Beaujolais) ;
  • Eau de Garne (jura) ;
  • Zind-Humbercht (Alsace) ;
  • Egon Muller (Allemagne), Vega Sicilia (Espagne), Romano Dal Forno (Italie), Screaming Eagle (États-Unis) ;
  • Territoire de Trévalon (Provence).

Privilégier les zones traditionnelles

Si la diversification des régions viticoles est en effet importante, la préférence pour les plus authentiques l’est tout autant. Il ne faut donc en aucun cas oublier les régions traditionnelles. Il s’agit notamment de la Bourgogne, de Bordeaux et de la vallée du Rhône. Ceux-ci doivent absolument représenter l’essentiel des vins de la cave d’investissement.

La grande Bourgogne, y compris les vins blancs, les étoiles et le royaume naissant de Bordeaux, ne devrait pas vous laisser faire. Considérez également le Rhône, en particulier dans les appellations les moins chères du Rhône méridional. De plus, dans certaines régions, le bon vin est très cher. Dans ce cas, il faut aussi choisir les pépites montantes.

Prendre en compte la fiscalité

Le régime de la taxe mobilière s’applique à la vente de cartons ou de bouteilles par des personnes physiques dans le cadre de la gestion de leur patrimoine privé, ainsi qu’aux produits de cession. Selon l’article 150 UA II-2° CGI, le produit n’est soumis à aucun impôt lorsque le prix de vente est inférieur ou égal à 5 ​​000 euros. Au-delà de ce montant, les plus-values ​​réalisées sont imposées au taux forfaitaire de 19 % (CGI article 200 B), auquel il faut ajouter les prélèvements sociaux au taux de 17,2 %, soit un total de 36,2 % (CGI article 200).). Après la deuxième année de possession, réduisez de 5 % par an. Le contribuable doit volontairement déclarer et payer à l’administration fiscale locale dans un délai d’un mois à compter de la date du transfert.

Trouvez de bonnes affaires sur les sites d’enchères et de petites annonces

Vous pouvez trouver des pépites d’or et faire de vraies affaires sur les sites d’enchères et de petites annonces, mais attention, ce n’est pas sans risque !

Des sites comme Leboncoin ou eBay (notamment d’achat de caves à vin privées) en sont des exemples typiques. Par ailleurs, il existe aussi des plateformes en ligne dédiées comme iDealwine qui proposent des services d’enchères en ligne et des services de « personal shopper ». En plus de cela, il y a des citations et des histoires de différentes années !

 

Dernier avantage, notamment pour les sites d’enchères : le savoir-faire dans la réalisation systématique des bouteilles. On profite donc d’une fiabilité accrue, ce qui n’est pas négligeable pour une bouteille qui vaut des milliers d’euros !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *